Freezone S'inscrire

5G : le Sénat dresse un premier bilan satisfaisant de la loi "anti-Huawei"

Alors que la 5G a été lancée hier en France, des sénateurs reviennent sur les interdictions d’utilisation d’équipements Huawei pour la dernière génération de téléphonie mobile.

"Mission accomplie" pour l’arrêté anti-Huawei. Un rapport a été présenté au Sénat par Olivier Cadic et Mickaël Vallet, tous deux membres de la chambre haute, pour dresser un bilan des autorisations délivrées par l’ANSSI dans le cadre du déploiement des équipements 5G. On apprend ainsi le nombre de requêtes réalisées par les opérateurs dans l’année 2020.

Au total, 157 demandes ont été examinées par l’ANSSI en 2020. Sur l’ensemble de ces requêtes, on compte 22 refus et 53 autorisations à durée limitée en dessous de la limite maximale autorisée de huit ans. Toutes ces décisions ont porté sur des équipements Huawei. Pour les sénateurs, ce résultat est bien conforme à l’objectif de la loi, qui est de réduire les risques de sécurité liés au développement de la technologie 5G. Pour rappel, l’équipementier n’a pas été à proprement parler "banni" du territoire : son utilisation par les opérateurs dans le cadre le 5G est limité dans le temps, à différent degrés selon les territoires concernés. Par exemple, la 5G lancée à Nice hier par SFR utilise des équipements Huawei. 

"Le risque existe lorsque les équipements proviennent d’une entreprise étrangère soumise aux lois de son pays et aux éventuelles pressions de ses gouvernants", a mis en garde Mickaël Vallet devant le Sénat, avant de poursuivre : "L’hypothèse d’un acte offensif étranger qui emprunterait ce canal doit être prise en compte, il s’agit même d’une menace majeure pour notre sécurité". Christian Cambon (Les Républicains - Val‑de‑Marne), président de la commission, a évoqué le chemin parcouru en matière de cybersécurité depuis la création de l’ANSSI il y a dix ans. "Mais il reste encore beaucoup à faire pour amener les différents acteurs, publics et privés, à prendre conscience des menaces et à s’en protéger", a-t-il affirmé.

En effet, depuis l’embargo américain sur la firme de Shenzhen en 2019, des soupçons pèsent sur le fabricant, l’accusant d’espionnage. C’est d’ailleurs pour cela que Bouygues et SFR devront désinstaller des milliers d’antennes Huawei d’ici à 2028 et demandent en ce moment une compensation financière de la part de l’Etat.

 

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (12)
Posté le 21 novembre 2020 à 14h34 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

HUAWEI ...c'est le mal...., comme TRUMP yell

Posté le 21 novembre 2020 à 15h23 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

tout ça sans preuve... montrez le code malveillant.

Posté le 21 novembre 2020 à 16h09 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

On ne peut nier les risques ,  tous les pays espionnent les autres . Mais aujourd'hui nos gouvernants qui ont participé au à la destruction d'Alcatel largement préparée par son président TCHURUK ( et ses successeurs) , parti quand même avec un parachute doré couler des vieux jours fortunés au Cap Nègre .  Nokia et Ericsson bafouillent sur le sujet . Huawei a eu le flair de reprendre ce qu'abandonnaient nos dirigeants et que fait on si on élimine Huawei ? , quel fabricant d'infrastructure doit on prendre s'il en existe ?. 

Un exemple révélateur l'opérateur mobile de Monaco ( qui passe pour être un labo technologique à la pointe du progrès ) est équipé avec du Huawei et peut être même de la 5G , il a organisé récemment des rencontres promotionnelles avec les grands patrons de Huawei . Et le propriétaire de cet opérateur est très proche d'un homme politique qui a participé à la fin d'Alcatel .

Cherchez l'erreur.

Il est fort probable qu'on n'a plus le choix et de plus on a besoin de la 5G pour la technologie qui arrive ( voitures autonomes , robots chirurgicaux, IA, ... ) .

Le problème sera peut être résolu en apparence lorsque Huawei vendra sous licence à Nokia ou Ericsson ses produits qui seront toujours aussi dangereux mais n'auront plus le nom blacklisté tant redouté .

Pour mémoire, lorsqu'Alcatel n'avait pas le droit de vendre des produits télécom à Israël , ceux ci étaient envoyés à une filiale en Afrique du Sud qui les livraient à Israël sous un autre nom. Tout le monde procède ainsi, on aura donc bientôt des antennes Huawei qui n'en auront pas le nom, rien n'aura changé sauf les étiquettes et les ayatollahs anti-tout seront satisfaits .

Posté le 21 novembre 2020 à 17h14 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Ben fallait pas laisser rentrer la Chine dans l'OCDE a l époque 

Posté le 21 novembre 2020 à 23h17 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
circitor a écrit

On ne peut nier les risques ,  tous les pays espionnent les autres . Mais aujourd'hui nos gouvernants qui ont participé au à la destruction d'Alcatel largement préparée par son président TCHURUK ( et ses successeurs) , parti quand même avec un parachute doré couler des vieux jours fortunés au Cap Nègre .  Nokia et Ericsson bafouillent sur le sujet . Huawei a eu le flair de reprendre ce qu'abandonnaient nos dirigeants et que fait on si on élimine Huawei ? , quel fabricant d'infrastructure doit on prendre s'il en existe ?. 

Un exemple révélateur l'opérateur mobile de Monaco ( qui passe pour être un labo technologique à la pointe du progrès ) est équipé avec du Huawei et peut être même de la 5G , il a organisé récemment des rencontres promotionnelles avec les grands patrons de Huawei . Et le propriétaire de cet opérateur est très proche d'un homme politique qui a participé à la fin d'Alcatel .

Cherchez l'erreur.

Il est fort probable qu'on n'a plus le choix et de plus on a besoin de la 5G pour la technologie qui arrive ( voitures autonomes , robots chirurgicaux, IA, ... ) .

Le problème sera peut être résolu en apparence lorsque Huawei vendra sous licence à Nokia ou Ericsson ses produits qui seront toujours aussi dangereux mais n'auront plus le nom blacklisté tant redouté .

Pour mémoire, lorsqu'Alcatel n'avait pas le droit de vendre des produits télécom à Israël , ceux ci étaient envoyés à une filiale en Afrique du Sud qui les livraient à Israël sous un autre nom. Tout le monde procède ainsi, on aura donc bientôt des antennes Huawei qui n'en auront pas le nom, rien n'aura changé sauf les étiquettes et les ayatollahs anti-tout seront satisfaits .

Ericsson et Nokia sont parfaitement capables de produire des équipements 5G performants. Banir Huawei (ou ZTE) du marché français, c'est + une question de prix et de disponibilité des équipements que de performance

Posté le 22 novembre 2020 à 07h02 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
petrus55 a écrit

Ben fallait pas laisser rentrer la Chine dans l'OCDE a l époque 

Et si on parlait des équipements Américains qui eux restent autorisés, alors que le risque est similaire voire plus grand de la part de  "notre allié"...

Posté le 22 novembre 2020 à 10h40 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Pendant ce temps, Nokia veut supprimer 986 emplois en France...

Posté le 22 novembre 2020 à 10h41 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Alors que Huawei veut investir des milliards...
Le choix parait simple.

Posté le 22 novembre 2020 à 20h17 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

“Le risque existe lorsque les équipements proviennent d’une entreprise étrangère soumise aux lois de son pays et aux éventuelles pressions de ses gouvernants

Cisco ? Apple ?

Posté le 23 novembre 2020 à 07h19 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
kikoolol a écrit

tout ça sans preuve... montrez le code malveillant.

C'est ce que l'on appel la "présentions d'innocence" ?! undecided (règle fondamentale de la justice en France...)

Posté le 23 novembre 2020 à 07h28 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
pepelemoko a écrit

“Le risque existe lorsque les équipements proviennent d’une entreprise étrangère soumise aux lois de son pays et aux éventuelles pressions de ses gouvernants

Cisco ? Apple ?

...parce que Trump n'était pas du genre à imposer des pressions ?!

La dernière grosse attaque viral connu en France vient d'un fuite des services de renseignement Américain. La faille de sécurité exploité était connu de l'éditeur, mais non corrigé car exploité par les dits services Américain depuis plusieurs années.... 

Posté le 26 novembre 2020 à 16h54 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

test

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).

Vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Si vous attendiez une évolution de la boutique Free Mobile, ce serait :
Image vide