Freezone S'inscrire

Lutte contre la haine sur internet : les commissions du Sénat apportent de nombreuses modifications au texte

Le 11 décembre 2019, la commission des lois a adopté avec d’importantes modifications la proposition de loi visant à lutter contre les contenus haineux sur internet transmise par l’Assemblée nationale.

La commission a reconnu le besoin de mieux responsabiliser les grandes plateformes afin qu’elles participent davantage qu’aujourd’hui à la lutte contre la propagation de certains « discours de haine » sur internet. Elle a donc approuvé le renforcement de leur régulation par de nouvelles obligations de moyens et de coopération en la matière, sous la supervision du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Elle a également approuvé les mesures prévues par la proposition de loi destinées à favoriser une réponse judiciaire rapide et proportionnée ainsi qu’une meilleure prévention en milieu scolaire.

Selon Philippe Bas, président de la commission des lois, « si le législateur doit mener une lutte résolue contre le développement de contenus haineux sur internet, il doit prendre garde de ne pas remettre en cause une liberté démocratique fondamentale, la liberté d’expression, dont les restrictions doivent être proportionnées et appliquées sous le contrôle effectif de l’autorité judiciaire. Le texte adopté aujourd’hui par la commission témoigne de la recherche de cet équilibre toujours délicat ».

En conséquence, la commission a adopté 45 amendements afin notamment :

-   de supprimer le nouveau délit de « non-retrait » de contenu haineux. Selon Christophe-André Frassa, rapporteur, « malgré une intention qui ne peut être que partagée, le volet pénal au cœur du dispositif reste inabouti et porteur de risques pratiques et juridiques : déséquilibré aux dépens de la liberté d’expression, il encouragera mécaniquement les plateformes à retirer - par excès de prudence - des contenus pourtant licites ; contraire au droit de l’Union européenne, il semble en l’état inapplicable aux professionnels du parquet eux-mêmes... » ;

-   de clarifier la régulation administrative des grandes plateformes pour mieux tenir compte des exigences du droit européen (directive « e‑commerce »), en proportionnant les obligations à la charge des plateformes au risque d’atteinte à la dignité humaine et en écartant toute obligation générale de surveillance des réseaux.

La commission a également complété le texte pour mieux s’attaquer à la viralité des discours de haine ainsi qu’à leur financement par la publicité, et pour promouvoir l’interopérabilité entre plateformes.

Le texte adopté s’est également enrichi des évolutions proposées par la commission de la culture et la commission des affaires économiques.

Catherine Morin-Desailly, présidente de la commission de la culture, dont les amendements ont permis de clarifier les conditions d’intervention du CSA, a rappelé « l’urgence absolue de faire évoluer la directive « e-commerce » pour élaborer une solution au niveau européen, seul moyen de réguler la position désormais hégémonique de grandes plateformes qui montrent chaque jour leur peu de considération pour les règles démocratiques ».

Selon Yves Bouloux, rapporteur pour avis pour la commission des affaires économiques, « le cœur de la proposition de loi propose un nouveau modèle de régulation de l’économie numérique que nous estimons pertinent. Le Gouvernement choisit d’agir au niveau national dans l’attente de l’adoption de dispositions au niveau européen, c’est une démarche que nous soutenons  ».

La proposition de loi sera examinée par le Sénat en séance publique mardi 17 décembre 2019.

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (4)
Posté le 13 décembre 2019 à 15h33 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Ah bah la on est sauvé...le CSA...pour faire respecter suivi de la justice (actuellement aux ordres de notre gouvernement) j'en rigole ! Pauvre France

Posté le 13 décembre 2019 à 17h21 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
Bysoft a écrit

Ah bah la on est sauvé...le CSA...pour faire respecter suivi de la justice (actuellement aux ordres de notre gouvernement) j'en rigole ! Pauvre France

Je dirai " Pauvre Monde "

HS

Macron détricote la France  depuis le début de son mandat ( obtenu soit disant démocratiquement ) pour faire une Europe Fédéral.
C'est ma prédiction bien entendu !! Pour l'instant, il a fait,
Réforme - Code du travail
Réforme - Assurance Chômage
Réforme - Régime de retraite
Privatisation - Française des Jeux
Privatisation - Aéroport de Paris
Sans compter la remise de l' ISF & le doublage du CICE  juste avant, il réduis de 5€ les APL ....
Il accélère les choses pour une Europe Fédéral.

Avatar du membre
msg
Envoyer message
 
4017 points
Posté le 13 décembre 2019 à 18h14 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Avant , il y avait l'URSS .
Maintenant , on a l'UESS .

Depuis le début de cette construction , on n'entend parler que du couple Franco-Allemand , les autres pays comptent pour du beurre ou ne sont là que :

- Pour justifier des lois qui les arrangent  , si ça se fait dans un pays , on peut bien l'expérimenter , sous couvert de l'appliquer , aux autres pays membres .
- Pour bloquer certaines envies , il faut une concertation unanime des 25 (ou je ne sais plus trop combien on est maintenant) , sinon c'est rejeté .

Dans l'absolu , c'est le tirage du niveau de vie vers le bas pour la majorité de la population , et vers le haut pour l'élite .

Aller GJ , faites chauffer le goudron et préparez les plumes !

Posté le 18 décembre 2019 à 03h30 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

On peut commencer dès maintenant ici par les salariés Free qui ont la haine des abonnés Free comme de la concurrence.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).

Vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Si vous attendiez une évolution de la boutique Free Mobile, ce serait :
Image vide