Freezone S'inscrire

Chronologie des médias : une demande de Canal+ rejetée par le Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat a tranché, la révision de la chronologie des médias aura bien lieu comme prévu et le délai des négociations ne sera pas allongé, au grand dam de Canal+.

Coup d’épée dans l’eau pour le groupe Canal. Son recours contre l’ordonnance du Conseil d’Etat permettant au gouvernement de réviser dès maintenant la chronologie des médias a été rejeté mercredi dernier.

Le système régissant la sortie successive des films en salles, en DVD, à la télévision et en streaming a déjà été reformé fin 2018 et devait rester en vigueur jusqu’en février 2022. L’arrivée des plateformes de SVOD dans l’équation a changé la donne, poussant le Gouvernement à demander aux différents acteurs de l’audiovisuel de trouver une solution pour réviser la chronologie des médias, idéalement pour une mise en place de ce nouveau système en juillet prochain .

Cette dite ordonnance oblige les plateformes de SVOD à investir 20% de leur chiffre d’affaires dans les séries et films français et européens, dont 20% doivent être investis dans le cinéma afin de diffuser des films 12 mois après leur sortie en salle. Canal+ pour sa part, en tant que chaîne TNT, a pour obligation d’investir 12.5% de son chiffres d’affaires ou un minimum de 3.61€ par abonné pour préacheter des films. Soit un investissement de 160 millions d’euros dans le cinéma, pour une diffusion entre 6 et 8 mois après leur sortie en salle.

Pour la filiale de Vivendi, les calculs ne sont pas bons. En effet, quand Netflix doit investir 4% de son chiffre d’affaires dans la production de films, Canal+ en investit 12.5%, pour une fenêtre d’exploitation à moitié plus courte. “C’est risible”, s’étranglait en début de mois l’un des dirigeants de la filiale de Vivendi.

Pour le conseil d’Etat, le caractère d’urgence du préjudice économique avancé par Canal+ n’est pas établi. De plus, si l’exécutif a confirmé qu’il envisageait de raccourcir le délai de diffusion des films sur les plateformes, rien ne l’oblige à réformer dès maintenant les règles. Il pourrait ainsi laisser le temps aux acteurs du milieu de conclure un nouvel accord, et rappelle que cet assouplissement était la contrepartie à d’autres mesures projetés ayant pour but de conduire à alléger la réglementation pesant sur les chaînes de télévision.

Source : AFP

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (5)
Posté le 02 avril 2021 à 15h22 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

L'art et la manière de toujours plus imposer de règles aux sociétés Françaises tout en épargnant les mastodontes tels que Netflix.

Dans tous les cas, ces subventions forcées font que certes la quantité de films Français produits chaque année reste élevée mais elle n'est pas, loin de la, synonyme de qualité... Peut être qu'avec moins de subventions, certains films sans intérêt aucun  ne verraient pas le jour.

Posté le 02 avril 2021 à 15h23 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Et en parallèle de ça, ADOPI s'étonne qu'il y ai du téléchargement illégal !!

Les lois ont toujours trois métro de retard sur la réalité des choses...

Posté le 02 avril 2021 à 16h03 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

J'ai essayé la "chaîne" Queer sur prime vidéo.. Quasi rien en français ! De plus je me demande si certains "jeunes" ont vraiment 18 ans ? Du coup j'ai abandonné !

Posté le 05 avril 2021 à 20h09 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Canal+/Bolloré/Vivendi fait pression sur les politiques depuis très longtemps pour bénéficier de privilèges mais heureusement, la distribution de cinéma (en salle et en vidéo) résiste bien. Une fois que les salles vont rouvrir, il n'y aura plus aucune raison de permettre à Canal+ de diffuser des films avant les 9 ou 10 mois autorisés après la salle (d'autant plus que Netflix n'a pas le droit d'en diffuser avant 2 ou 3 ans minimum après la salle). tongue-out

Posté le 05 avril 2021 à 20h12 Citer le commentaireSignaler le commentaireRemonter en haut de pageDescendre en bas de pagePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Ce qui est expliqué dans l'article est faux. Canal+ n'a pas le droit de diffuser TOUS les films 6 mois après la salle car cela ne concerne que les films qui ont fait extrêmement peu d'entrées (les bouzes / navets essentiellemement), 8 mois c'est si Canal+ est réellement coproducteur à plus de 25% du film en question et sinon, c'est de 9 à 10 mois pour les films à succès (exemple, ceux des studios américains). wink

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).

Vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Si vous attendiez une évolution de la boutique Free Mobile, ce serait :
Image vide